En Chiffres ...

Manuel de codification géographique

Lors d’une enquête ménage-déplacement, toutes les informations de lieu sont collectées selon un découpage pré-établi. Basé sur les Iris de l’INSEE, ce découpage est fourni par le client au format SIG (MapInfo).

A partir de ce zonage, nous procédons à la production du Manuel de Codification Géographique : il est possible, pour chaque point du monde, de définir à quelle zone fine celui-ci appartient. En fonction du découpage effectué, l’information de zonage pourra être connue à partir du pays, de la ville, de la rue, ou d’un élément ponctuel (numéro de rue, commerce, …).

Le Manuel de codification géographique est composé de 2 éléments :

Afin de garantir l’intégrité entre la base de données et la cartographie, et limiter ainsi le nombre d’incohérences (afficher une carte montrant une rue qui n’est pas référencée dans la base de données par exemple), nous avons basé notre solution sur :

De plus, nous avons opté pour une solution « offline », ce qui veut dire que l’ensemble des éléments peuvent être téléchargés sur une machine (par exemple une tablette pour la réalisation d’enquêtes en face à face), et utilisable sans qu’il soit nécessaire d’être connecté à internet.

Notre solution est entièrement dédiée, ce qui nous permet de travailler de façon continue à son intégration, et de travailler avec des bases complémentaires (par exemple la bases des arrêts du réseau TC) qu’on peut intégrer dans notre solution.

Les manuels d’enquêtes précédentes sont visibles à l’adresse : https://e-w.fr/archives.

Contrôle du zonage

La première étape de l’élaboration du MCG consiste à vérifier le zonage. Nous effectuons un ensemble de requêtes spatiales qui permettent d’éliminer les zones de recoupement, de vérifier la présence de doublons, de contrôler la cohérence entre le zonage et la géométrie des communes.

A partir du modèle fourni par le client, nous procédons si besoin à un redessinage fin des zones fines. Chaque zone fine s’appuyer parfaitement sur les contours des communes, de manière à ce que tout point d’une commune possède un numéro de zone fine cohérent avec le modèle. Divers outils correctifs sont utilisés (requêtes spatiales, modification des zones à partir d’un SIG), afin d’obtenir un découpage le plus « propre » possible.

Affinage des zone fines : Avant / Après

A l’issue de cette étape, nous procédons à la validation du zonage, et à la génération des bases initiales (secteurs de tirage, zones fines, et communes).

Génération de la base de données

Nous utilisons la base de données OSM pour réaliser diverses extractions, et générer une base de données comprenant :

Les points d’intérêt sont traités de façon ponctuelle (c’est-à-dire qu’on les considère comme des points, généralement le centroïde de la géométrie). Un traitement des « tags » (qualificatifs) OSM nous permet de déterminer le type de lieu, et de définir un nom complet offrant le niveau de détail le plus utile pour l’enquête.

Pour les rues, nous effectuons un ensemble de requêtes spatiales pour déterminer à quelle(s) zone(s) appartient chaque rue. Pour les rues sous découpées, un contrôle manuel est effectué pour valider les zones « effectives »

Génération des cartes

Nous générons l’ensemble de cartes utiles pour le déroulement de l’enquête :

Dans le tableau ci-après, nous avons recensé les cartes générées, avec en exemple le nombre de cartes générées sur une enquête type (https://archives.e-w.fr/2015/dijon/mcg/).

Type Exemple
Générale

1
Par réseau de transport

1
Par DTIR = secteur de tirage

30
Type Exemple
Par ZF = zone fine

257
Par commune *

113
Par rue sous découpée

319

* Pour les communes sous découpées, nous réalisons généralement des cartes affichant les zones fines et points générateurs de trafic de la commune. Toutefois, si ce découpage est trop fin, un trop grand nombre d’information est affiché sur la carte, et celle-ci perd en lisibilité. Dans ce cas, nous générons une carte affichant les secteurs de tirage de la commune.

Carte de Poitiers découpée en 41 ZF

Carte de Poitiers découpée en 8 DTIR

Nous générons les cartes selon 2 formats :

Cartes dynamiques

Nous avons développé un système de cartes dynamiques composées de :

+
=

De cette manière, nous proposons une cartographie « navigable » et interactive (exemple ci-après : https://archives.e-w.fr/2017/brest/ncg/dtir-10)

Les PGT (points générateurs de trafic) aparaissent plus gros et la ligne correspondant au PGT est colorée au survol (soit du point sur la carte, soit de la ligne dans le tableau)
Les ZF (ou les DTIR) apparaissent colorés différemment sur la carte et dans le tableau. De plus les zones sont interactive (on accède à la page suivante en cliquant sur la zone)

Ces cartographies dynamiques sont notamment utilisées sur nos programmes CAPI sur tablette et permettent de déterminer la zone fine de déplacement en navigant une carte.

Affichage de la carte d’une commune (découpée en DTIR)

Affichage du détail d’un DTIR

Sélection d’une ZF => apparition d’un bouton de validation

Mise à disposition du MCG

L’ensemble des informations du manuel géographique a donc été informatisé, et mis à disposition :

Ces données sont donc intégrées directement dans nos logiciels d’enquête (CATI et CAPI).

Egalement, afin de disposer d’une interface de présentation de ces éléments, nous les regroupons sous forme d’un site web.

Exemple du site web https://archives.e-w.fr/2015/dijon/mcg/

Détail d’une commune (extrait)

Détail d’une rue sous-découpée

Détail d’un secteur de tirage

A l’issue de l’enquête, nous mettons à disposition la version « offline » du site. Cette version, fournie sur CD ROM, contiennent l’ensemble des éléments permettant l’affichage du MCG.